Conseils
Indemnité de départ volontaire: faut-il la prendre ou pas?

Lors d'un licenciement collectif, certaines entreprises proposent un plan social qui permet aux employés de se porter volontaires pour quitter l'entreprise et de bénéficier d'une indemnité de départ ("Leave Package") qui peut se monter à plusieurs mois de salaire. C’est une prise de décision qui demande une réflexion en profondeur et dont il ne faut pas sous-estimer la dimension psychologique.


Melanie Blaser profile picture Rédigé par Melanie Blaser

Evaluation de la situation

On peut considérer qu’il est injuste de la part des entreprises de procéder de la sorte. C'est aux employés de prendre la décision de rester ou partir. Il est donc important de se poser les bonnes questions : vais-je prendre la prime de départ et changer de travail, de vie, de projets ou vais-je rester dans mon job ? Il existe de nombreux cas de figure et dans tous les cas, même si le délai pour prendre sa décision est parfois court, il faut bien analyser la situation et ne pas céder à l’appât du gain.

Situation personnelle

Il faut évidemment prendre en compte sa situation personnelle, ainsi que le montant de la prime de départ. Puis-je me permettre de ne pas trouver un travail immédiatement, de prendre une pause professionnelle ? Et surtout combien de temps puis-je vivre avec mes économies et la prime ? Si vous désirez réaliser un projet personnel, tel un voyage, monter votre propre entreprise, écrire un livre, vivre de votre passion pour la photo ou simplement ne pas travailler pendant quelques temps, cette somme d’argent peut être intéressante, voire indispensable.

Dans les cas où vous avez suffisamment d’économies pour vous permettre de ne pas travailler pendant 12 à 18 mois, si votre partenaire peut subvenir aux besoins de la famille ou si vous pouvez vous permettre de prendre votre temps pour trouver un nouvel emploi, vous pouvez envisager de prendre la prime et partir. Mais attention, réfléchissez bien à ce qu’implique une période sans travail, le chômage, la recherche d’emploi, le changement de rythme.

Si en revanche, votre situation personnelle ne vous permet pas de rester sans emploi, la meilleure solution est de rester et probablement de remettre à jour votre CV et commencer à chercher du travail. Il est difficile d’accepter de renoncer à une prime alléchante, mais il est important d’assurer sa situation à long terme.

Situation professionnelle

Il faut aussi se poser une question toute simple : est-ce que mon travail me plaît ? Cette question débouche naturellement sur d’autres questions, telles que « ai-je un plan de carrière ? » Si oui, quel est-il ? Si non, il est bien de mûrir d’autant plus sa réflexion.

Si vous aimez votre travail, si vous avez envie de faire carrière dans le domaine dans lequel vous êtes, il est judicieux de garder votre emploi. Un arrêt pourrait signifier une carrière moins intéressante. Il faut aussi évaluer les opportunités sur le marché du travail. En regardant les offres d’emploi et en passant quelques entretiens d’embauche, vous pouvez vous rendre compte des possibilités que vous auriez et, le cas échéant, envisager une modification de vos plans de carrière.

Vous pouvez aussi solliciter votre réseau, notamment les personnes qui ont le même genre d’emploi que vous. Prendre rendez-vous avec un coach pour faire un bilan de carrière peut aussi s’avérer utile dans ce genre de période. Mais malheureusement souvent le temps est compté. Le bon sens, la réflexion et l’analyse de votre situation vont donc primer.

Prise de décision

Dans tous les cas, il faut bien analyser la situation, le cas échéant avec son/sa partenaire. Et une fois sa décision prise, il ne faut pas avoir de regrets. Dans certains cas, on choisit de rester dans l’entreprise et quelques mois plus tard, une nouvelle vague de licenciement a lieu et la prime est beaucoup moins intéressante. Mais on a gardé son emploi plus longtemps, on a engrangé de l’expérience et cette persévérance est à mettre en avant dans les entretiens d’embauche. Elle montre que l’on aimait son travail et qu’on n’est pas prêt à le quitter.

En conclusion, prenez le temps de bien réfléchir, de peser le pour et le contre. Ne vous précipitez pas sur la prime et ne sous-estimez pas les changements qu’impliquent votre départ. L’argent ne fait pas le bonheur !

Nos experts
Electronique / Electrotechnique
6 abonnés
S'abonner
Santé
24 abonnés
S'abonner
Enseignement
30 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
45 abonnés
S'abonner