Conseils
Environnements toxiques – attention danger !

Générant stress et anxiété, les environnements toxiques représentent dans le monde professionnel un danger non négligeable pour la santé physique et psychique des personnes qui y sont exposées. Si certaines cultures d’entreprise favorisent manifestement des comportements malsains, d’autres contextes sont moins clairs et il est plus difficile de cerner le problème. Quoiqu’il en soit, il n’existe qu’un seul indicateur réellement utile pour savoir si votre environnement professionnel vous convient: votre propre degré de satisfaction et de bien-être au travail.

Patricia Luthy profile picture Rédigé par Patricia Luthy

Repérer les environnements toxiques 

Parmi les nombreux critères existant, voici quelques exemples de terreaux (très) favorables à un environnement professionnel toxique : les entreprises multipliant les injonctions contradictoires ou les revirements soudains -souvent non expliqués- de stratégie ; les cultures d’entreprise tolérant ou encourageant le micro-management et l’hyper contrôle ou exigeant une disponibilité totale des collaborateurs.trices ; un mangement manifestement injuste ou inéquitable ; un.e chef.fe toujours à la recherche de coupables ; une culture favorisant les clans, les bruits de couloir, la jalousie et l’envie ; … . Il existe non seulement une variété importante de facteurs propices au développement d’une culture toxique, mais également de nombreux niveaux où l’environnement peut se révéler néfaste (toxicité à l’échelle de l’entreprise tout entière, ou d’un département ou d’une équipe, ou simplement par le biais d’un.e collègue ou un.e responsable). Toutefois, l’essentiel ne réside pas dans la qualification de l’environnement, mais au niveau des effets individuels qu’il produit. 

Agir dès les premiers effets sur la santé

Les environnements toxiques génèrent stress et anxiété sur les personnes qui y sont soumises. Les symptômes du stress et de l’anxiété sont individuels. Il est donc important de savoir les repérer sur soi. Parmi les plus courants, on peut citer : les problèmes de sommeil et d’appétit, la « boule au ventre », les sautes d’humeur et les émotions à fleur de peau, la perte d’envies. Il est impératif de prêter attention à ces signes car ils révèlent un potentiel mal-être et un environnement professionnel toxique peut avoir des effets importants sur la santé et des conséquences à long terme (burnout, dépression …). 

Ne pas la laisser durer la spirale négative 

Un environnement toxique peut détruire facilement la confiance en soi, et c’est en cela qu’il est particulièrement pervers. En effet, plus le temps passe, moins la personne se trouve en capacité physique et morale de réagir. C’est une lente descente aux enfers qui cannibalise l’énergie positive et endort les réflexes de survie. Une baisse de motivation qui dure, un niveau de performance qui chute ou le sentiment de n’être jamais à la hauteur des exigences, une absence de plus en plus marquée de plaisir au travail, un sentiment d’isolement, des émotions exacerbées et des réactions disproportionnées… tous ces signes doivent vous alerter. Ils sont là pour vous signaler une situation qui n’est plus tenable pour vous. Ils appellent le changement de manière urgente. 

Rester à l’écoute de l’entourage

On peut noter que l’entourage se rend souvent compte qu’il y a un problème avant la personne concernée. Malheureusement, les conseils et remarques du type « tu devrais te reposer ; prends un peu de distance ; tu es tendu.e ; … » ne sont que très rarement utiles, tant l’énergie est cannibalisée par l’environnement toxique. C’est pourquoi, si vous entendez souvent l’une ou l’autre de ces phrases, prenez impérativement le temps de réfléchir à leur origine. Réaliser que la situation est tout simplement inacceptable pour vous est la première étape vers la libération. Décider d’agir est la seconde. 

Mettre en place un plan d’action

Face à un environnement toxique, il existe deux grandes stratégies : faire changer les choses dans l’environnement existant ou changer d’environnement. Si vous voulez changer le fonctionnement interne, il faudra dénoncer les situations toxiques. Quelques règles de base s’imposent alors : se focaliser sur les faits ; rester professionnel.le.s en toutes circonstances ; ne pas participer aux commérages ; être force de proposition, notamment par rapport aux changements ; documenter les échanges et les actions ; rassembler des collègues motivé.e.s pour faire bouger les choses et aller vers du mieux (vous ne pourrez pas changer un environnement seul.e). Les mêmes règles s’appliquent si vous décidez de changer d’environnement, au moins le temps de trouver un autre travail. N’hésitez pas à parler de vos difficultés à vos proches et aux personnes en qui vous avez confiance et faites-vous aider si nécessaire. Il est également utile de commencer à tenir un journal de positivité dès que vous constatez les premiers signes d’une baisse de votre bien-être. Ce journal consiste à noter tous les soirs trois choses positives qui se sont passées pendant la journée. Il force l’esprit à se souvenir des choses positives (ce qu’il ne fait spontanément pas quand la chute de moral commence à s’installer) et est un très bon indicateur de votre état psychologique. Si vous n’arrivez pas à tenir un tel journal car vous n’avez rien à écrire de positif dedans, cela doit urgemment vous faire (ré) agir.

Toxique ou non, aucun.e employeur.euse ne mérite que vous vous abîmiez la santé. Il n’est pas toujours facile de quitter un environnement que l’on connaît, aussi néfaste soit-il. Pourtant, il existe réellement des entreprises où l’on se sent bien et reconnu pour ce que l’on fait. Le changement amène le plus souvent de belles surprises et de belles rencontres. Cela vaut la peine d’y réfléchir … et d’agir ! 

Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
78 abonnés
S'abonner
Enseignement
32 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
24 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
43 abonnés
S'abonner