Conseils
Le temps partiel est-il fait pour vous ?

37% des Suisses travaillent à temps partiel : 59% de femmes et 18% d’hommes. C’est-à-dire qu’ils ont un emploi dont la durée est inférieure au temps de travail complet, qui peut varier suivant les entreprises. Le temps partiel offre beaucoup d’avantages, mais aussi des inconvénients. Voici un petit tour d’horizon.

Melanie Blaser profile picture Rédigé par Melanie Blaser

La loi 

Les collaborateurs à temps partiel ont droit aux vacances comme les autres collaborateurs. Le salaire sera réduit en fonction du taux de travail. L’employeur a le droit de demander des heures supplémentaires, jusqu’à l’équivalent d’un temps complet. Toutefois, assurez-vous que tout est clair entre vous et l’employeur, que les règles sont stipulées dans le règlement du personnel ou faites ajouter une clause à votre contrat. Renseignez-vous aussi sur les jours fériés et informez toutes les parties si vous avez plusieurs employeurs. 

Pourquoi travailler à temps partiel ? 

Le temps partiel est le plus souvent demandé par les parents, ce qui leur permet d'avoir du temps pour leurs enfants. Mais le temps partiel s'avère aussi très utile pour d'autres catégories de personnes, notamment : 

  • les étudiants, y compris les adultes qui reprennent des études, ou se réorientent professionnellement 
  • les retraités qui souhaitent garder une activité ou ont besoin d’une rémunération en complément de leur retraite
  • les proches aidants
  • les personnes qui souhaitent devenir indépendant/e/s et monter leur propre entreprise
  • les personnes qui ont un hobby ou qui veulent plus de temps libre
  • celles et ceux qui n'ont pas besoin de gagner un salaire plus élevé
  • les personnes qui un projet ponctuel comme la construction ou la rénovation d’une maison ou la préparation d’un tour du monde. 

Avantages

Le travail à temps partiel permet ainsi de maintenir une activité, de rester connecté/e avec son réseau professionnel et l’industrie dans laquelle on travaille, de garantir la mémoire de l'entreprise et de recevoir un salaire fixe, d’avoir du temps libre et de garder de l’énergie pour d’autres activités que le travail. Le temps partiel offre plus de flexibilité et un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et personnelle. Il est prouvé que les collaborateurs à temps partiel souffrent moins de burn out et que le taux d’absentéisme est réduit. La productivité, le moral et l’engagement du collaborateur sont souvent meilleurs. Les avantages du temps partiel peuvent donc être clairement décrits et expliqués en termes d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, de bien-être, de temps pour soi et les autres. Pour l’employeur, le temps partiel permet de retenir ou d’attirer des employés compétents qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas travailler à plein temps et de réduire les coûts sans réduire le nombre de postes. 

Inconvénients

Les inconvénients du temps partiel existent et doivent être pris en compte si on fait ce choix : le salaire, bien évidemment, sera inférieur. Il est difficile de vivre avec un salaire à temps partiel inférieur à 80%, sauf s’il s’agit d’un deuxième salaire dans la famille la rente AVS ne sera pas la même, le 2e pilier non plus en termes de carrière, et bien que ce soit injuste, le choix du temps partiel n’est pas forcément judicieux si l'on veut gravir les échelons au sein d'une entreprise ou avoir accès à des formations. Il arrive que des avantages comme les voitures de fonction ou un abonnement dans des salles de sport ne soient réservés qu’aux collaborateurs à temps plein. Lors d’une prise de poste, il peut être plus difficile et plus long pour les collaborateurs à temps partiel de s’acclimater à l’entreprise, à la culture d’entreprise, de connaître leurs collègues, de participer à certaines séances, de connaître les méthodes travail. La coordination de projet et l’organisation devront être adaptés. 

Les femmes

Ce sont souvent elles qui prennent des temps partiels, par choix ou pour concilier emploi et travail à la maison. Le temps partiel suscite de nombreux commentaires dans les médias ces derniers temps, notamment dans le cadre de l’élévation de l’âge de la retraite pour les femmes : le temps partiel exerce incontestablement une influence sur le montant touché à la retraite et les femmes en pâtissent. Il en va de même concernant l’inégalité salariale entre femme et hommes : les statistiques montrent qu’il y a environ 20% de différence de salaire, voire 50% chez les cadres supérieurs. Malgré ces iniquités, garder son emploi permet de ne pas être une maman à temps plein et de prendre un bol d’air lorsqu’on va travailler : voir ses collègues et parler d’autre chose que des sujets liés à la maternité, ça fait du bien. 

Evolution 

Si les postes de travail à temps partiel sont majoritairement occupés par des femmes, notamment des mères de famille, on voit une légère hausse des temps partiels chez les hommes jeunes, qui ne souhaitent pas travailler autant que leur père et ont envie de loisirs, de temps libre, de consacrer plus de temps à leur famille, leurs amis. Le temps partiel a été de plus en plus demandé par les collaborateurs dès la génération Y, mais aussi ceux de la génération X qui ont 50 ans aujourd’hui et ont travaillé longtemps à temps plein. Certaines personnes ne considèrent pas le salaire comme premier critère pour le choix d’un emploi. D’autres critères sont effectivement à prendre en compte lorsqu’on choisit un job, comme le temps et les coûts de déplacement, le stress engendré par le travail, etc. 

Modifier son taux d’activité 

Il n’est pas toujours facile de passer d’un temps plein à un temps partiel. Il est nécessaire de se mettre d’accord avec son employeur le plus tôt possible : parlez avec votre supérieur, vos subordonnés et les autres personnes avec qui vous travaillez régulièrement à l’interne et avec vos clients, fournisseurs ou autres intervenants externes. Dans tous les cas, si vous souhaitez modifier votre temps de travail, préparez-vous, comme pour un entretien d’embauche. Faites valoir votre expérience, vos réussites et préparez vos arguments. Montrez votre motivation et votre bonne volonté en cas de situation d’urgence. Expliquez aussi pourquoi vous souhaitez ce changement, sans qu’il soit nécessaire d’entrer dans les détails de votre vie privée. Vous connaissez votre travail mieux que quiconque, alors préparez votre "succession" pour la partie du travail que vous ne pourrez plus faire : à qui pourriez-vous déléguer ou remettre des tâches ou projets ? Comment pourrez-vous réduire votre charge de travail ? 

Idées reçues 

Il existe un préjugé selon lequel le temps partiel ne peut s’appliquer qu’aux niveaux de fonction inférieurs ou non qualifiés. On dit aussi que tous les emplois ne permettent pas le temps partiel. Toutefois, on voit un changement sociétal et il me semble que c’est un sujet qui peut être discuté et auquel les employeurs devraient réfléchir : n’est-il pas plus agréable et productif d’avoir un collaborateur à temps partiel motivé, plutôt qu’un employé qui jongle avec tous les paramètres de sa vie et vient au travail épuisé ? La perception de certains collègues et managers peut être négative. Certains argumenteront le fait que les collaborateurs à temps partiel sont moins investis dans leur travail, passent moins de temps avec leurs collègues ou ont moins de charge de travail. Toutefois, c’est plutôt une question de mentalité, qu’une question réellement objective. Une bonne organisation et communication permettent de ne pas entraver la fluidité du travail, même les jours où les collaborateurs à temps partiel sont absents. Il est probablement vrai, cependant, que certains emplois se prêtent mieux que d’autres au temps partiel, notamment le freelance ou des métiers comme agent immobilier, comptable, réceptionniste, tous les travaux dans la construction en général, les emplois administratifs, les emplois dans le commerce de détail. 

D’autres possibilités

Dans le cas du job-sharing, deux personnes se partagent un poste, qui peut être un poste à responsabilité. Deux employé/e/s pour un poste : plus de créativité, une productivité optimale, des échanges d’idées, des points de vue différents. Toutefois, cette formule demande une bonne organisation et une bonne entente. Il existe aussi le cas de travail à temps partiel organisé sur le mois ou l’année (voire sur une période plus longue) pour des métiers comme paysagiste ou bûcheron, les emplois dans l’agriculture ou la vigne, professeur de ski. Dans ce genre de situations, le temps de travail peut être distribué différemment selon la saison, pour autant que le collaborateur et l’employeur se mettent d’accord. 

Conclusion 

Une bonne organisation et communication, l'implication du management, et tous les moyens technologiques actuels, tels que les vidéoconférences, permettront aux employés à temps partiels et à plein temps de collaborer de manière efficace et productive. Et surtout, de la bonne volonté de la part de tous. Après tout, la flexibilité est notre avenir…  

Nos experts
Loisirs / Culture / Sport
26 abonnés
S'abonner
Communication / Marketing / RP / Publicité
45 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
24 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
21 abonnés
S'abonner