Conseils
Télétravail … six règles de base pour ne pas vous laisser envahir

Le télétravail est entré en force dans nos vies. Formidable opportunité pour les uns, terrible piège pour les autres, les avis et les ressentis individuels divergent selon les personnalités, les métiers et les situations personnelles. Il est sans doute encore trop tôt pour évaluer sur le long terme les impacts psycho-sociaux de ce nouveau mode de travail. Mais quoiqu’il en soit, quelques règles de base s’imposent pour conserver un rythme de travail sain et équilibré.

Patricia Luthy profile picture Rédigé par Patricia Luthy

1/ Fixez chaque jour vos horaires et mettez des alarmes pour vous y tenir

Les horaires sont sans doute le point le plus important sur lequel il faut être réellement rigoureux. En effet, le travail à distance permettant une certaine flexibilité, le temps a tendance à devenir une notion floue qui peut se diluer de manière dangereuse. On finit par travailler un peu (beaucoup) tout le temps sous prétexte que tout semble urgent et que les requêtes n’en finissent pas d’arriver. En réalité, les choses ne sont pas plus urgentes à la maison qu’au bureau, mais, en l’absence de plages horaire dédiées au travail, – et par ricochet de plages horaires non dédiées au travail –, il est beaucoup plus difficile de poser des limites. Il s’agit donc de définir clairement le temps « professionnel » en fixant des horaires au début de chaque journée, et en incluant obligatoirement dans votre planning une pause pour le repas de midi. Idéalement, programmez des alarmes correspondant au début et à la fin des plages professionnelles ; évidemment, il ne s’agit pas de cesser toute activité à la seconde où l’alarme sonne, mais d’avoir un gardien du temps qui vous rappelle le rythme que vous aviez choisi. 

2/ Différenciez la place où vous travaillez

Si vous n’avez pas la possibilité d’organiser un endroit séparé où travailler, prenez soin de ranger, ou au moins de mettre de côté, vos affaires professionnelles à la fin de chaque demi-journée. En effet, votre cerveau doit immédiatement comprendre que vous n’êtes plus en train de travailler – c’est le message qu’il recevra en voyant votre ordinateur et/ou vos dossiers fermé(s). Pour renforcer encore l’effet « coupure », changez de place quand vous ne travaillez pas, même si vous n’avez qu’une table à la maison. Une perspective visuelle permet littéralement d’observer les choses sous un autre angle. 

3/ Instaurez des sas

Les trajets que nous faisons habituellement pour aller au travail et en revenir constituent des sas naturels importants. En effet, ils permettent à notre corps et à notre esprit de se rendre pleinement compte que nous sommes en train de changer de contexte. La distance physique entre le travail et la maison est un garde-fou utile pour ne pas tout mélanger. Même s’il est parfois difficile de ne pas « ramener à la maison » les soucis professionnels, le fait de changer de lieu permet a minima de changer de perspective. Lorsqu’on travaille à la maison, il est essentiel de recréer ces sas, qui peuvent prendre toutes sortes de formes. L’idée est de mettre en place des routines simples, des rituels, pour délimiter le temps professionnel. Par exemple, la préparation d’un thermos de thé le matin avant de commencer, quelques pas à l’air libre en fin de matinée, quelques respirations profondes pour reprendre l’après-midi et à nouveau quelques pas dehors en fin de journée. A chacun/e de trouver ce qui lui correspond, l’essentiel étant de conscientiser l’idée de sas : je me prépare à travailler et j’ai fini de travailler. 

4/ Aérez la pièce où vous travaillez

Tous les thérapeutes le savent et le pratiquent entre chaque client : il est essentiel d’aérer pour changer l’énergie d’une pièce. Prenez cette habitude si vous travaillez chez vous, et aérez plusieurs fois par jour l’endroit où vous vous trouvez. Il est inutile de conserver une énergie potentiellement teintée de stress ou de contrariétés. 

5/ Aménagez-vous des pauses afin de respirer et de bouger

N’oubliez pas de vous lever régulièrement, étirez-vous et surtout, respirez profondément. Au-delà de ces micro-pauses, prenez également le temps d’une « pause-café » (même si vous ne buvez pas de café !) au moins une fois par demi-journée. Il s’agit de laisser quelques minutes votre travail là où il en est, et de laisser votre cerveau se fixer sur autre chose. 

6/ Organisez vos liens sociaux à distance

En étant physiquement éloigné/e de ses collègues, il n’y a plus de possibilité d’échanger de manière spontanée sur notre journée de travail. Le fait de ne pas pouvoir parler des petites et des grandes contrariétés que nous rencontrons tout au long de la journée engendre une accumulation de tensions à l’intérieur de nous-même. Au bout d’un certain temps, ces tensions accumulées débordent inévitablement. C’est probablement un des plus grands pièges du télétravail. Pour y pallier, organisez régulièrement (au minimum une fois par semaine) des visio-conférences avec un/e ou plusieur/e/s collègues en qui vous avez confiance. Ce sera l’occasion de partager d’éventuelles difficultés et d’obtenir du soutien et de précieux conseils de la part de vos collègues. Et si tout va bien, vous bénéficierez tous d’une énergie encore plus grande à la fin de la pause !  

Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
20 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
48 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
78 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
24 abonnés
S'abonner