Conseils
Être « fit » face au changement

Fermetures de site, restructurations, fusions, rachats … nul n’est à l’abri d’un brusque changement dans sa carrière, et il devient impératif de se préparer à faire face à ce type de situations à tout moment. Si l’on peut regretter que cette instabilité soit devenue la règle, elle a également de bons côtés. En effet, elle pousse chacun/e à être en permanence très au clair sur ses compétences professionnelles, ainsi que sur ses points forts et sur son projet de développement personnel et professionnel.

Patricia Luthy profile picture Rédigé par Patricia Luthy

Clé numéro 1 : avoir les fondamentaux sous la main 

Dans le jargon de l’évolution professionnelle, « être prêt/e » au changement signifie a minima d’avoir un compte LinkedIn ainsi qu’un CV à jour (et idéalement, de savoir également où sont les certificats de travail concernant vos postes précédents). Bien que cela semble être une évidence, beaucoup trop rares sont celles et ceux qui font l’effort de régulièrement rafraîchir leur compte LinkedIn et leur CV. On ne peut que le regretter car ces deux outils sont vraiment les meilleurs amis des travailleurs/euses. En effet, ils sont à la fois des démultiplicateurs de possibilités, et des « boosteurs » d’énergie. Tout d’abord, la plupart des recruteurs cherchent leurs nouveaux talents via LinkedIn, et si vous avez un CV prêt à être envoyé, vous allez pouvoir répondre à des annonces d’emploi sans trop vous poser de questions car l’effort à fournir n’est pas énorme. De plus, mettre à jour son parcours permet de prendre conscience des étapes franchies au cours du temps, et des compétences acquises progressivement. Il est facile de rajouter une expérience ou une compétence au moment où elle se matérialise. A l’inverse, si vous n’avez pas fait de CV depuis « la dernière fois que vous avez changé d’entreprise » (ce qui équivaut parfois à 20 ou 30 ans), la rédaction de ce document et de son miroir sur LinkedIn sera sans doute un exercice fastidieux que vous aurez tendance à repousser. Et comme le monde de l’emploi repose sur ces deux piliers, vous allez peut-être rater des opportunités, ce qui risque de vous démotiver encore plus. Le cercle vicieux est lancé … 

Clé numéro 2 : être au clair sur ses aspirations 

Si vous suivez un chemin sans trop savoir où vous allez et que le chemin est soudainement barré, il y a de fortes chances pour que vous décidiez simplement de revenir sur vos pas et que vous mettiez fin à votre balade. A l’inverse, si vous connaissez à l’avance votre but de randonnée, vous allez chercher d’autres sentiers et des moyens alternatifs pour y parvenir. De la même manière, avoir toujours en tête une idée (ou des idées) de ce que vous aimeriez faire ensuite est à la fois un moteur fort dans votre activité actuelle, et une boussole puissante lorsque les circonstances vous amènent à prendre un chemin différent. Il ne s’agit pas forcément de « prendre du grade » ou de changer de métier, mais plutôt d’adopter en tout temps un état d’esprit qui ouvre votre « champ des possibles ». Les attentes et les ambitions varient selon les périodes de vie – il est donc important de revisiter régulièrement ce qui vous anime pour adapter vos aspirations à votre situation actuelle. 

Clé numéro 3 : avoir la bonne distance émotionnelle 

En période de changement (et encore plus particulièrement lorsque le changement nous est imposé), la « bonne » distance émotionnelle est souvent un élément difficile à gérer. L’incertitude liée au changement crée chez la plupart des individus une bonne dose de stress, qui empêche d’analyser la situation de manière calme et posée. Dans ces phases, on a tendance à percevoir les enjeux et les risques de manière disproportionnée. Comme toujours en cas de stress, prenez surtout le temps de respirer. Forcez-vous à respirer plusieurs fois par jour calmement et en conscience. Respirez avant les réunions importantes (par exemple les annonces liées aux restructurations), et également pendant et après si vous sentez que l’émotion est trop forte. Il est rarement productif de réagir « à chaud », surtout lorsque vous sentez que les nouvelles vous touchent. Prenez le temps de réfléchir au calme avant de formuler votre position ou votre réponse. 

Clé numéro 4 : tenir la distance 

Les changements ne sont pas seulement stressants, ils sont également fatigants. L’incertitude pèse souvent lourd sur l’organisme, et s’adapter à une nouvelle situation demande également des efforts accrus, même lorsque le changement est positif. Il est donc important de prendre soin de sa santé physique et morale dans ces périodes très « énergivores », et d’accorder une attention renforcée à votre équilibre global. Ménagez-vous des moments pour vous ressourcer et recharger vos batteries (pour certains, cela équivaut à ne rien faire, pour d’autres à méditer, pour d’autres à préparer un marathon, pour d’autres encore à rencontrer plein d’amis – peu importe, pour autant que cela vous permette d’évacuer l’énergie négative et de vous remplir d’énergie positive). Dormez également suffisamment, afin de permettre à votre cerveau de remettre de l’ordre sur votre « disque dur » dans ces périodes de changement important. 

En bref, la manière dont nous vivons le changement est avant tout une question d’état d’esprit et d’organisation. Ne vous laissez pas surprendre par votre environnement – restez attentif et réactif, de manière à être prêt à reprendre la main sur la gestion de votre vie le plus rapidement possible. 

Nos experts
Communication / Marketing / RP / Publicité
45 abonnés
S'abonner
Santé
25 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
23 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
57 abonnés
S'abonner