Conseils
Comment négocier son salaire quand on est une femme

« If, like me, you have a son and a daughter, would you like your daughter to be paid less than your son ? »

(« Si, comme moi, vous avez un fils et une fille, aimeriez-vous que votre fille soit payée moins que votre fils ? »)

Veronique Goy Veenhuys, « Equal salary is good for business ».

En Suisse, l’écart salarial entre femmes et hommes est de 19,6% dans le secteur privé et 16,7% dans le secteur public. La différence s’était réduite entre 2012 et 2014 et elle a augmenté en 2016! 43% de cette différence ne peut être expliquée, ni par un niveau de formation différent, ni par le nombre d’années de service, ni par la position hiérarchique. En Europe, l’écart est de 16% en moyenne, soit entre 3,5% et 25,6% selon les pays.

Melanie Blaser profile picture Rédigé par Melanie Blaser

Vos droits

En Suisse, la Loi fédérale sur l'égalité entre femmes et hommes est entrée en vigueur en 1995 (!). Depuis 1981 « Les hommes et les femmes ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale » est inscrit dans la Constitution fédérale. Alors que, dès 1948, ce droit figure dans la Déclaration des droits de l'homme de l'ONU.

Les entreprises employant au moins 100 personnes doivent effectuer régulièrement une analyse de salaires et la faire vérifier par un organe de contrôle externe (Loi sur l’égalité). Des renseignements peuvent être pris au Bureau de l'égalité entre les femmes et les hommes dans chaque canton. Ces bureaux publient des informations sur l’égalité, du matériel pédagogique et organisent des événements.

Renseignez-vous

J’ai demandé à plusieurs de mes connaissances, des coaches, des RH, des mamans qui sont retournées travailler après plusieurs années à la maison, des managers… ils m’ont tous donné la même réponse: il faut se renseigner auprès de ses collègues et amis. Il existe aussi des publications (par exemple L’Illustré), des sites internet (jobs.ch, Travailler en Suisse, zeigdeinenlohn.ch, salaire suisse, orientations.ch, etc.) qui donnent des fourchettes de salaires selon le métier. Toutes ces informations sont à consulter avec prudence, toutefois, elles peuvent vous donner une idée de base.

Si vous avez une profession particulière ou un job de haut niveau, cela vaut la peine de consulter un coach ou un chasseur de tête. Dans certaines agences de placement, les conseillers acceptent de vous donner des renseignements, ainsi qu’à l’ORP. Il va dans l’intérêt des agences que vous gagniez un bon salaire, puisque les recruteurs sont payés à la commission. Si vous êtes jeune, adressez-vous aussi aux services d’orientation professionnelle des écoles ou universités. 

Lors de l’entretien

N’hésitez pas à en parler sincèrement avec le recruteur ou le manager lors de l’entretien d’embauche. En effet, mieux vaut dire que vous n’avez pas travaillé depuis quelques années et que vous connaissez mal le marché, plutôt que d’inventer un salaire qui sera trop bas ou trop élevé. Et évitez surtout de dire « comme vous voulez »! 

Les PME, tout comme les grosses entreprises, ne devraient pas « tricher » sur les salaires. Il en va de leur réputation et il est dans leur intérêt de se référer au marché, la sous-enchère salariale (dumping) est régulièrement condamnée en Suisse, on peut trouver de nombreux articles à ce sujet dans la presse. De plus, beaucoup d’entreprises font régulièrement des comparaison salariales (benchmarks).

Si vous êtes en emploi, vous êtes dans la meilleure position qui soit pour négocier votre futur salaire et obtenir le salaire le plus élevé possible. Si une entreprise souhaite vous engager, n’hésitez pas à demander un salaire 10% plus élevé que votre salaire actuel. Si vous êtes sans emploi, essayez d’obtenir au moins le même salaire que celui que vous avez eu en dernier (pour un travail égal). Enfin, si vous êtes en emploi et que vous constatez un écart de salaire (ou de bonus ou toute autre partie de la rémunération) significatif avec vos collègues masculins au sein de votre entreprise, n’hésitez pas à monter un dossier et à en parler avec votre supérieur et les RH, afin qu’une solution soit trouvée ou qu’on vous donne une explication valable.

Négociez

Dans tous les cas, négociez: il est toujours préférable de négocier lors de la prise d’emploi, il est généralement plus difficile d'obtenir une augmentation conséquente par la suite. Faites une liste d’arguments en faveur d’un salaire plus élevé que celui qu’on vous propose, on ne vous paie pas seulement pour les tâches que vous allez effectuer, mais aussi pour les responsabilités que vous allez prendre, vos compétences humaines et professionnelles, votre expérience, votre capacité d’adaptation, votre flexibilité, etc.

Il arrive qu’une entreprise abuse de la situation, par exemple lors d’un retour de congé maternité, ou que certains employés soient privilégiés par copinage ou privilège historique. Nous avons tous entendus des situations honteuses de ce genre. Si vous y êtes confrontée, n’hésitez pas à parler de la situation à une personne compétente, si possible au sein de l’entreprise, et le cas échéant, à l’extérieur.

Et si votre entreprise ne comprend pas votre valeur ou ne vous respecte pas, c’est peut-être le moment de changer… 

Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
47 abonnés
S'abonner
Enseignement
31 abonnés
S'abonner
Electronique / Electrotechnique
6 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
56 abonnés
S'abonner