Conseils
Entretiens de sortie, que faut-il dire ? Entre trop et trop peu … tirez votre épingle du jeu !

C’est décidé et même annoncé, cette fois vous partez ! Votre dernier jour approche, et vous êtes sur le point d’avoir une dernière discussion « officielle » avec l’entreprise. C’est l’occasion rêvée de dire (enfin !) tout ce que vous avez sur le coeur, mais est-ce bien judicieux ?

Patricia Luthy profile picture Rédigé par Patricia Luthy

Trois grands types d’état d’esprit pour aborder l’entretien 

Généralement, on peut dire que les collaborateurs abordent les entretiens de sortie en endossant l’un des trois stéréotypes suivants : 

1/ Le mode « Zorro » : investi/e d’une mission, je dénonce l’incompétence crasse de mon/mes supérieur/e/s afin de sauver mes pauvres collègues du marasme dans lequel ils/elles se trouvent. 

2/ Le mode « Sniper »: plein/e de rancœur contre l’entreprise, je « tire sur tout ce qui bouge » et descends en flèche l’organisation et le management avec l’espoir que des sanctions vont être prises contre les « coupables ». 

3/ Le mode « Ponce Pilate » : complètement détachée/e et pas du tout concerné/e par l’évolution de l’entreprise, vous n’avez rien à dire et aucun commentaire à faire. 

Evidemment, aucune de ces approches n’est réellement utile ou constructive, et finalement, l’entretien perd tout son sens. 

Et si vous adoptiez une autre posture ? 

Il est vrai que votre évolution professionnelle n’est plus dans l’entreprise que vous quittez, et que vous ne bénéficierez de toute manière plus d’éventuels changements positifs. Pour autant, pourquoi ne pas profiter de faire quelques propositions d’amélioration ? Non seulement, cela peut être bénéfique pour toutes les personnes encore actives dans l’entreprise, mais en plus (et peut-être surtout !) La personne avec qui vous allez parler aura peut-être à donner une référence à votre sujet dans le futur. Autant lui laisser une excellente dernière impression de vous ! 

Aborder les bons sujets 

Dans un entretien de départ, commencez toujours par donner vos motifs personnels pour quitter l’entreprise. Faites-le de manière claire et concise, si possible sans émotion exagérée. Vous pouvez ensuite aborder des sujets plus globaux. D’une manière générale, il y a deux grands types de problématiques dans l’environnement professionnel : les problèmes liés à l’organisation du travail (processus, manière de travailler, logique de l’organigramme … ), et les problèmes liés aux personnes. 

Les premiers constituent de bons sujets de discussion pour un entretien de départ. Votre connaissance « interne », votre vécu et vos idées de modification(s) sont de précieux éléments de réflexion pour l’entreprise qui pourra réfléchir ensuite à comment faire évoluer les choses. 

Les problèmes liés aux personnes sont plus délicats, et il est rare que cela soit une bonne idée de les aborder à l’occasion des entretiens de départ. Vous avez de toute manière peu de chances d’être entendu/e au sujet de l’incompétence que vous voyez dans votre chef ou la Direction. S’il est malgré tout important pour vous de mettre en évidence des carences de management, appuyez-vous sur des exemples factuels, et si vous émettez des opinions, utilisez les expressions appropriées : « selon moi », « à mon avis », « je trouve que … ». Il est toutefois essentiel de dénoncer tous les faits constituant du harcèlement ou du mobbing. Si vous ne le faites pas alors que vous partez, qui pourra le faire ? 

Et si vous avez été licencié/e ?

Il est plus rare que les entreprises s’intéressent aux opinions et à l’avis de celles et ceux qu’elles licencient, mais vous pouvez prendre l’initiative de provoquer un entretien de sortie. Les règles générales ne sont pas différentes de celles évoquées ci-dessus, c’est votre état d’esprit qui va forcément être un peu moins positif. Il faut donc prendre le temps de préparer votre réunion et de bien réfléchir à ce que vous voulez dire.

Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
71 abonnés
S'abonner
Enseignement
30 abonnés
S'abonner
Vêtements / Textile
27 abonnés
S'abonner
Santé
24 abonnés
S'abonner