Conseils
Comment assurer la bonne première impression lors de votre entretien d'embauche
Codes d’emploi ou modes vestimentaires ?
Chantal Cadorin profile picture Rédigé par Chantal Cadorin
Il est des codes et des modes immuables. Un non-sens? Et pourtant, lorsqu’il s’agit de se présenter à un entretien d’embauche, il est bon de miser sur la fameuse «tenue business». Tailleur ou costume dans des couleurs de base qui ne se démodent pas et en même temps qui sont toujours à la mode telles que le gris, bleu, noir, (brun) à combiner avec des couleurs plus claires voire des couleurs fantaisie pour la chemise/top pour les femmes. 

Parmi les workshops que j’anime en entreprises, nombreux sont les participants à me poser ces questions: «A quand la fin du costume foncé-chemise blanche?» ou «Viendra-t-il le jour où les hommes ne seront plus obligés de se raser pour un entretien d’embauche?» ou encore «Est-ce que la cravate est vraiment obligatoire?». Je devine sous ces questions, des messages plus personnels tels que: «J’aimerais être moi», ou «Comment sortir du lot parmi tous les candidats?». Nous allons parler des secteurs en lien direct avec la clientèle : banques, assurances, vente, consulting, restauration/hôtellerie pour lesquels les codes vestimentaires sont assez traditionnels et conservateurs. (D’autres secteurs et postes seront abordés dans les prochains JobMag.) Ma réponse, à ces participants, n’a guère changé depuis que j’exerce mon activité de conseillère en image, soit bientôt 8 ans. 


Objectif #1 (et votre seul objectif): Assurer la première impression. Vous savez bien que l’on n’a jamais une 2e chance de faire une bonne première impression. Mettez toutes les chances de votre côté pour donner envie aux recruteurs de vous écouter et d’aller au-delà des 30 premières secondes. Il vaut mieux ne pas se faire remarquer par sa tenue, son attitude ni sa gestuelle. 

La première impression est émotionnelle, donc irrationnelle et très subjective. Difficile de la contrôler. Ainsi, même si la personne la plus intelligente, diplômée et expérimentée, est ultra piercée aux oreilles ou présente des tatouages inconcevables pour le futur employeur, elle sera désavantagée pour la suite des entretiens. «Less is more»; on va donc éviter les chaussettes rouges, la cravate multicolore ou les faux ongles sortis tout droit des pots de peinture. 

Et pour ceux qui souhaitent apporter une touche d’originalité, privilégiez la discrétion et la sobriété: une cravate fine et étroite, une pochette (jamais du même motif mais de couleur assortie avec la cravate), une paire de lunettes originale par sa couleur ou sa forme. 

Je vous le rappelle: nous sommes en Suisse; pas en Italie et encore moins dans la City. Ce n’est pas demain que vous verrez un homme avec des chaussures vernies ou un costume à carreaux lors d’un entretien d’embauche. Si en français «L’habit de ne fait pas le moine», en allemand «Kleider machen Leute». Alors, de quel côté du Röstigraben vous situez-vous?

Voilà c'est à vous de jouer !
Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
43 abonnés
S'abonner
Santé
25 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
23 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
19 abonnés
S'abonner