Conseils
5 clés pour rédiger un CV valorisant et sans préjugés

Le CV contient par définition des éléments très singuliers, voire très personnels à propos de vous et de votre parcours professionnel. Alors, comment faire si on veut être certain que ces caractéristiques subjectives n’amènent pas à quelques préjugés ?... Et, comment être certain que vous serez bien reçu en entretien au regard de votre savoir-faire ? 

1) Les éléments de votre CV qui peuvent induire une discrimination

Ils sont souvent plutôt d’ordre personnel. Les principaux éléments sont notamment : 

  • votre âge (ou date de naissance) et votre nationalité, 
  • votre situation de famille, 
  • votre adresse de résidence,
  • ou encore votre photo. 

Un CV qui ne contiendrait rien de ces éléments aurait l’avantage de focaliser le recruteur sur les informations les plus objectives telles que vos expériences, vos compétences clés et votre motivation au regard d’un poste en particulier.

D’ailleurs, le CV est – et doit être – uniquement votre carte de visite professionnelle. 

2) Les éléments incontournables pour votre CV à destination du marché suisse

Ayez bien à l’esprit que le CV n’est PAS un document officiel. Cela sous-entend que certains éléments ne sont pas obligatoires dans votre CV, alors que d’autres sont clairement incontournables. 

Parmi les éléments à faire absolument figurer en en-tête :

  • votre prénom et votre nom,
  • ainsi que votre numéro de téléphone et votre adresse email pour pouvoir être contacté.

Le reste, c’est-à-dire les éléments vus précédemment (adresse de résidence, nationalité, âge ou date de naissance, situation familiale et photo) ne sont PAS obligatoirement à préciser dans votre CV, si vous savez d’ores et déjà que cela peut vous desservir. 

En revanche, indiquez bien votre nationalité si vous êtes suisse (et/ou de nationalité européenne). Je vois parfois des candidats suisses ou ayant une double nationalité qui ont principalement travaillé ailleurs qu’en Suisse. Mais pour un futur employeur, il est nécessaire de savoir d’abord que vous êtes bien éligible pour un emploi sur le territoire Suisse. 

3) Vous êtes suisse et frontalier, voici l’astuce pour vous aider à passer le premier tri du CV

J’ai pléthore de candidats qui sont suisses ou qui ont la double nationalité franco-suisse par exemple. Leur « seul défaut » est de résider en France ! Alors, pour éviter les informations qui fâchent, je leur conseille de noter uniquement sur leur CV : leur nationalité, leur adresse email en .com ou .ch (pas de .fr pour le coup !) et leur numéro de natel. 

S’ils s’obstinent à noter leur adresse de résidence en France, la plupart sont tout autant écartés que les frontaliers français. Omettre une information (ici en l’occurrence l’adresse postale) n’est PAS mentir, mais c’est juste éviter de donner une information qui va potentiellement vous empêcher d’être intégré dans le process de recrutement. 

Le recruteur finira par savoir tôt ou tard que le candidat réside effectivement en France, mais l’objectif ici est d’abord d’avoir l’opportunité d’être contacté et/ou reçu en entretien. Alors, on ne lui sert plus sur un plateau cette information qui vous écartera d’emblée de la bonne pile de CV ! 

4) Vos loisirs aussi peuvent vous porter préjudice ! 

Ne mentionnez pas dans votre CV vos activités et autres actions bénévoles dès lors qu’elles renvoient à vos convictions religieuses et/ou politiques. Cette rubrique n’est jamais obligatoire, et vous desservira plus que toute autre chose si les éléments indiqués concernent des thématiques susceptibles de déplaire à votre interlocuteur. Gardez donc vos convictions personnelles pour votre vie privée.

De la même façon, ne mentionnez pas cette rubrique si vos loisirs ne sortent pas réellement de l’ordinaire (lecture, cinéma, voyages). Cela n’apportera aucune valeur ajoutée à votre profil. 

5) Apprenez à sélectionner les informations réellement utiles pour le job visé 

A chaque nouvelle information ou rubrique à rédiger, posez-vous la question de savoir si l’information concernée est vraiment utile dans le cadre de votre postulation. Ainsi, vos expériences datant de plus de 15 ans méritent souvent d’être très synthétisées. Certaines expériences du tout début de votre carrière seront même parfois à supprimer si cela n’a plus aucun lien avec votre dernier emploi et/ou le poste visé. 

Par ailleurs, mentionner une rubrique dédiée aux langues (parce que tout le monde le fait !) est complètement inutile : pourquoi indiquer au recruteur votre niveau langue maternelle en français, et un niveau d’anglais A2, totalement inopérationnel pour exercer en entreprise ? Au final, vous ne faites qu’attirer l’attention du recruteur sur votre incapacité à travailler en dehors de votre langue maternelle. Donc encore une information qui fâche ou en tout cas qui ne joue pas en votre faveur ! 

J’espère que vous avez saisi l’objectif du CV : présenter et faire valoir votre profil et votre parcours au regard de votre domaine de compétences et de votre prochain objectif d’emploi. Tout ce qui peut représenter un élément personnel non valorisant ou trop subjectif ne sera pas mentionné. LE bon CV doit pleinement refléter votre valeur ajoutée en fonction du poste visé, c’est-à-dire présenter tout ce savoir-faire professionnel qui doit vous distinguer des autres candidats. Alors, on met le paquet sur le descriptif des réalisations professionnelles, ainsi que sur les principaux résultats obtenus (quantitatifs et/ou qualitatifs). 

Cet article vous a plu ? Découvrez le Guide pratique sur LinkedIn 100% dédié aux candidats  par Sandrine Durand-Clarini.

Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
58 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
48 abonnés
S'abonner
Santé
25 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
61 abonnés
S'abonner