Conseils
Comment gérer votre stress avant un entretien d'embauche

La vie du candidat n’est pas simple… Il postule souvent beaucoup avant de pouvoir enfin obtenir un entretien. Et le jour où il est convoqué, il est pourtant loin d’être serein. La pression monte et le stress lui donne les mains moites, lui afflige une transpiration excessive, voire des nausées ou un gros mal de ventre. Certains candidats ont même des crises d’angoisse plusieurs jours avant leur rdv. Bref, il est temps de vous donner quelques conseils pragmatiques pour tenter de retrouver un peu de maîtrise.

1 - Obtenez un stress “normal” 

Le stress est la conséquence d’une forte pression émotionnelle. Rien de plus normal donc que d’être stressé lorsqu’on va vivre une situation plutôt inhabituelle, et que l’enjeu apparaît majeur. 

En fait, ce n’est pas l’entretien en lui-même qui vous stresse, mais plutôt toutes les pensées négatives que la situation véhicule. Commencez déjà par arrêter de vous dire par exemple : “Cela fait longtemps que je n’ai pas passé d’entretien, qu’est-ce qu’on va me demander ? Je vais forcément dire n’importe quoi… “ Ces pensées doivent être brèves, concentrez-vous donc rapidement sur votre préparation afin d’être dans une démarche positive et constructive. 

2 - Préparez-vous, c’est la clé de la réussite

Cela suppose tout d’abord de bien vous renseigner sur la société et sur votre interlocuteur en consultant notamment le site web de l’entreprise et sa page LinkedIn. Vous devez ensuite “décortiquer” le descriptif du poste, et travailler vos éléments de réponse au regard des principaux critères. 

N’hésitez pas à vous entraîner en vous filmant, ou avec un Coach emploi qui pourra vous aider à répondre aux questions inattendues et vous apprendre aussi à poser les bonnes questions. C’est ainsi que vous pourrez vous projeter et penser le contexte de l’entretien de manière positive. Vous ne subirez plus, vous serez bien acteur de vous-même. 

La veille de l’entretien, octroyez-vous un moment de répit pour vous détendre. Allez prendre l’air et marcher, prenez un bon bain, regardez votre film préféré, tout ce qui peut vous aider à vous vider un peu la tête. Avant l’heure du rdv, ménagez-vous un moment au calme et respirez profondément par le ventre. 

3 - Utilisez la pensée positive et agissez

L’entretien doit être pris comme une action que vous dirigez, ce qui diminuera donc grandement votre stress. Voici ma chek-list pour vous permettre d’être dans la meilleure posture possible : 

  • Votre tenue : à préparer la veille, elle doit être en cohérence avec l’activité de l’entreprise et le poste recherché. 
  • Votre poignée de main : franche et énergique, on vous verra d’emblée a priori dynamique et spontané. Pensez également à sourire (même derrière un masque…).
  • Réfléchir à votre pitch : cela évite de réciter votre CV, rien de plus lassant pour votre interlocuteur. 
  • Préparer et noter vos questions : poser des questions pertinentes sur la nature du poste, l’environnement de travail, les nouveaux enjeux de la société, le processus de recrutement, etc. 
  • Montrer votre intérêt pour le poste proposé : sans outre mesure, dites le simplement mais pensez-y. Veillez à donner le sentiment que vous savez ce que vous recherchez, ne laissez pas croire que vous êtes prêt à accepter “tout et n’importe quoi”. 

Exemples de questions à poser au recruteur : 

  • Pour quelle raison ce poste est-il vacant ? 
  • Quelles seront mes actions prioritaires à mener ? 
  • Comment les valeurs de l’entreprise se retrouvent-elles au quotidien ? 

4 - Et au final, dédramatisez ! 

L’entretien d’embauche génère du stress, des questionnements, des doutes, etc., qu’il faut tenter de détourner en vous préparant de manière très anticipée et efficace. Quelque soit la forme (en face-à-face, séance de groupe, vidéo Skype, etc.), ce qui compte pour vous, c’est de bien garder à l’esprit que cette situation n’est ni une épreuve, ni un examen. Il s’agit avant tout d’une réunion de travail pour analyser à 2 (ou plus !) si une opportunité se présente pour les deux parties. 

En général, le recruteur ne cherche pas à vous piéger, mais plutôt à confirmer l’idée qu’il se fait de vous. Si vous décrochez un entretien, c’est que vous êtes légitime et que vous intéressez le recruteur. Décrocher une entrevue, c’est donc avoir déjà parcouru la moitié du chemin.

Alors, motivé pour votre prochain entretien ?! 

Nos experts
Electronique / Electrotechnique
6 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
57 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
60 abonnés
S'abonner
Communication / Marketing / RP / Publicité
45 abonnés
S'abonner