Conseils
Le pitch: 5 minutes pour convaincre!

Pour définir ce qu’est le pitch – que certains nomment “elevator pitch” -, le meilleur exemple est celui de la situation où vous devez capter l’intérêt d’une personne le temps d’un trajet en ascenseur. Autant vous dire que vous aurez sur le principe moins d’une minute pour le convaincre de vous écouter. Dans le cadre d’une démarche réseau, d’un exercice de job-dating ou dès le début de votre entretien d’embauche, vous pouvez vous permettre de prévoir un temps de pitch compris entre 2 et 3 minutes (maximum 5 minutes). Quoiqu’il en soit, vous devrez donc marquer les esprits très rapidement.

Voici mes 4 principaux conseils pour préparer au mieux votre pitch : 

1- Se poser les bonnes questions

Je vous invite tout d’abord à réfléchir aux questions ci-après pour avoir des argumentaires clairs, concis et convaincants :

  • Mon cœur de compétences : Quel est mon métier ? En quoi ont consisté mes principales fonctions occupées jusqu’à présent ? 
  • Mes connaissances spécifiques : Quelles sont mes connaissances pointues dans tel domaine, tel secteur d’activité, ou telle zone géographique, etc. ? Quelles sont donc mes expertises ou spécialisations ? 
  • Mon évolution : Quelles sont les 2 ou 3 étapes marquantes de mon parcours (formation continue, évolution professionnelle, etc.) ? 
  • Mon objectif : Quel est aujourd’hui mon objectif professionnel et les entreprises que je souhaite cibler dans l’idéal ?

2- Synthétiser vos informations clés

Ainsi, après avoir réfléchi à ces questions clés, vous aurez la liste des principaux thèmes à aborder dans votre « elevator pitch ». Vous pourrez donc résumer en quelques phrases l’essence de votre identité professionnelle ainsi que votre nouvel objectif. Choisissez des phrases réponses plutôt courtes et des mots simples afin de rendre votre discours plus percutant. 
Pour résumer, vous pouvez donc commencer par annoncer votre métier, parler rapidement de votre parcours de formation (et plus particulièrement celui en lien avec le poste ciblé), évoquer vos années d’expériences et les domaines d’activités rencontrés. Enfin, vous pourrez parler de votre spécialisation sans oublier votre atout majeur (une compétence linguistique incontournable, un vécu particulier, un partenariat clé dans votre parcours, etc.), et énoncer votre prochaine étape de carrière.

3- Savoir finir votre pitch 

Si vous n’utilisez pas votre pitch dans le cadre d’un entretien d’embauche, mais plutôt lors d’un entretien réseau par exemple ou en contexte de speed-recruiting, il faut toujours penser à terminer votre conversation sur une ouverture :
  •  Soit vers des questions sur le propre parcours de votre interlocuteur, ou encore sur des points communs (quelle a été votre dernière lecture sur tel sujet ?), dans le but de relancer la conversation.
  • Soit en suggérant une suite pour vos échanges. « Je vous propose d’échanger nos cartes de visite pour garder le contact et reprendre rendez-vous à telle occasion ».

4- Soigner aussi la communication non verbale ! 

Tout comme le fond, la forme a son importance. Soignez donc votre ton et votre débit, soyez attentif à votre posture et à vos gestes, à la position de votre visage et à votre regard. Si vous parlez vite, veillez à marquer des pauses. Pensez à contrôler votre communication non verbale en vous filmant, en vous entraînant face à un miroir, ou bien encore faites appel à un JobCoach.
Nos experts
Enseignement
31 abonnés
S'abonner
Communication / Marketing / RP / Publicité
45 abonnés
S'abonner
Electronique / Electrotechnique
6 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
17 abonnés
S'abonner