Conseils
Comment réussir son retour de congé maternité

La loi suisse prévoit un congé maternité de 14 semaines payé à 80% du salaire, qui commence à la naissance de l’enfant. Les mères ont l’interdiction de travailler pendant les 8 semaines qui suivent l’accouchement. Le retour au travail après la naissance d’un enfant est une joie pour certaines d’entre nous. Nous nous réjouissons de retrouver nos collègues, de passer du temps sur nos dossiers, de boire un café en discutant avec des adultes et de sortir un peu le nez des couches et biberons.

Melanie Blaser profile picture Rédigé par Melanie Blaser

Mais pour d’autres ce retour est plus difficile, voire un cauchemar. De nombreuses raisons peuvent en être la cause. Certaines sont intrinsèques à la situation de maman, par exemple le bébé ne fait pas ses nuits et la maman est épuisée. D’autres sont inhérentes au travail : notre patron a mal accepté notre grossesse, y voyant uniquement des aspects négatifs tels que notre absence lors du congé maternité, la perte d’une ressource, la crainte de voir la future maman déconcentrée dans son travail. 

Une très petite minorité de femmes annonce allègrement une grossesse sur le lieu de travail. Malheureusement, alors que c’est un des plus beaux événements de notre vie, la plupart d’entre nous le révèle en commençant par « je suis désolée…». 

Beaucoup de stéréotypes nous font percevoir la maternité comme un événement négatif du point de vue professionnel, allant d’un obstacle à notre carrière jusqu’à la crainte d’être remplacée pendant notre absence. 

Cherchons des pistes de solutions pour ces trois éléments : les soucis liés à la maternité, le retour au travail, les craintes pour la carrière professionnelle. 

Soucis liés à la maternité

Pour les motifs comme le manque de sommeil ou d’organisation, il est important de se faire aider, le plus rapidement possible et au moins au deuxième mois du bébé, si on a l’impression que l’on ne parvient pas à s’organiser. Appelez à l’aide votre famille, une sage femme, une autre maman. Parlez-en aux infirmières du CMS de votre ville. Il est important aussi de se préparer psychologiquement à n’être plus autant en contact physique avec notre bébé, qui sera confié à une crèche, une maman de jour ou la famille. Il faut se sentir à l’aise avec la solution de garde prévue. Allez discuter le plus tôt possible avec l’éducatrice de la garderie, informer la maman de jour de ce qui est important pour vous, mettez vous d’accord avec la grand-mère du bébé. Plus la situation sera claire de ce point de vue, plus vous aurez l’esprit libre pour travailler sereinement. 

Retour au travail

Du côté professionnel, si vous avez de bonnes relations avec votre chef et vos collègues, reprenez contact dès que vous vous sentez à l’aise de le faire. Allez déjeuner ou prendre un café avec votre collègue préféré(e) pour commencer. Envisagez une courte séance avec votre supérieur avant le retour au travail pour reprendre contact et confiez le bébé à quelqu’un de confiance. Vous verrez que tout se passe bien. Et votre supérieur sera rassuré. Mais n’ayez en aucun cas l’ambition de reprendre le travail avant la fin du congé maternité et dites-vous bien qu’en votre absence ce n’est pas à vous de trouver des solutions. 

Craintes pour la carrière professionnelle

Si la situation n’était pas bonne avant votre congé maternité, restez tranquillement chez vous. Dès votre retour au travail, abordez les sujets un à un, prenez chaque problème l’un après l’autre et cherchez une solution. Ne prolongez pas vos horaires de travail. Demandez des entretiens à votre supérieur et qu’il vous apporte son aide pour résoudre les problèmes, pour fixer les priorités. Faites-vous aider par vos collègues de confiance, ils peuvent par exemple vous suggérer comment aborder certains points avec votre supérieur. Si vous avez tout essayé et que vous êtes malheureuse au travail, alors envisagez un changement. Mais ne vous précipitez pas. Demandez du soutien à votre mari, à vos amis, à votre famille. Ils peuvent garder le bébé, pendant que vous allez à des entretiens. Le bouche à oreille est souvent le meilleur moyen de trouver un emploi. 

Et ne vous inquiétez pas, un petit bébé s’adaptera sans problème à une nouvelle solution de garde. Et il sera beaucoup plus heureux avec une maman épanouie au travail. 

Soyez vous-même

La carrière professionnelle et la maternité ne sont pas en compétition. De nombreuses mamans concilient parfaitement les deux. Il s’agit d’être dans un bon état d’esprit et surtout en accord avec soi-même. Sachez rester vous-même. Une maman qui aime son travail et se force à rester à la maison, ne sera pas épanouie et ne rendra pas son enfant heureux. Il est important de passer du temps de qualité avec votre enfant. Mais sachez aussi doser les heures et la charge de travail, apprendre à dire non, renoncer à un projet. Une fois encore, faites-vous aider, un papa ou une grand-mère peut parfaitement aller chercher le bébé à la garderie ou l’emmener chez le pédiatre à l’occasion. 

La maternité est une opportunité

En conclusion, la maternité devrait être vue comme une opportunité plutôt que comme un obstacle. Pendant le congé maternité les collègues devront sortir de leur schéma et montreront peut-être d’autres aspects de leurs compétences. Au retour de congé maternité, une maman sera probablement plus efficace, puisque ses heures de travail sont comptées. Elle ira à l’essentiel au travail, ce qu’elle a appris en devenant maman. Enfin, ne perdons pas de vue la base : faire une enfant est un événement magnifique!

Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
54 abonnés
S'abonner
Loisirs / Culture / Sport
26 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
53 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
44 abonnés
S'abonner