Conseils
9 ans pour une nouvelle vie

Dans ma vie de recruteur, j’en ai vu des parcours atypiques. Je pense donc qu’ils ne sont pas si rares que cela, les gens qui ont plusieurs vies professionnelles ou qui sont arrivés quelque part par des chemins détournés. Mais il y en a quand même une, d’histoire de carrière, qui m’a particulièrement impressionnée. C’est celle de Sébastien, 40 ans. Voici son témoignage. 

Pauline Tabet profile picture Rédigé par Pauline Tabet

Salut Sébastien, peux-tu nous raconter ton parcours ? 

Après un CFC de carrossier et 2 ans de pratique du métier, j’ai repris des études du soir, obtenu la maturité fédérale, un bachelor en biologie puis un master en génétique. Et ensuite, j’ai débuté une nouvelle carrière professionnelle, dans une grande entreprise dans le développement de médicament. Je poursuis aujourd’hui ma carrière dans une grande entreprise, toujours dans le domaine médical. Je suis Clinical Trial Manager. 


Quel a été le déclic pour reprendre tes études? 

C’est lors de mon école de sous-officier. Cette expérience m’a permis de prendre confiance en moi. J’ai pris conscience qu’il y avait beaucoup de choses à faire et à découvrir dans la vie. C’est là que j’ai su que je ne retournerai pas travailler à la carrosserie. Mais pour quoi faire ? Je ne savais pas. J’ai donc fait un voyage de 3 mois pour réfléchir et en rentrant, ne sachant toujours pas vers où aller, j’ai décidé de commencer par essayer d’obtenir la maturité afin de m’ouvrir un maximum de portes. J’ai dû faire une première année de raccordement puis 3 ans de gymnase du soir. Je travaillais la journée comme vendeur dans un kiosque. C’est pendant le gymnase que j’ai découvert la biologie puis la génétique et j’ai tout de suite su que c’était ça. Matu en poche, j’ai commencé l’université et obtenu mon Master en génétique 5 ans plus tard. J’ai eu la chance de recevoir une bourse et je travaillais à côté comme agent de sécurité. Ensuite, j’ai rapidement trouvé un poste dans une grande entreprise biotech à Genève. J’y suis resté 4 ans avant de poursuivre ma carrière ailleurs. 


Comment cela s’est –il passé sur le plan privé, familial ?

J’ai nettement moins vu mes amis. Je ne pouvais plus sortir autant voir plus du tout. Je me suis éloigné d’un groupe d’amis car nos chemins ont pris des directions différentes. Quand j’ai annoncé à mes parents que je voulais reprendre les études, ils n’étaient pas très chauds mais j’ai quand même pu rester chez eux. Aujourd’hui je sais qu’ils sont super fières, surtout lorsque j’ai obtenu ma maturité. 


Avec le recul, changerais-tu quelque chose ? 

Rien. Je suis tellement plus heureux maintenant. Je n’ai même pas l’impression que cela a été si difficile que cela. Je l’ai fait avec tellement d’envie. J’étais seul à cette époque. Je l’ai fait pour moi. Aujourd’hui, j’ai une famille et c’est ma première priorité. Je dois maintenant tenir compte des intérêts de ma femme et de mes enfants avant tout. 


Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à ceux qui hésitent à essayer de changer de cap ? 

Se laisser aller à suivre ses envies. 


Quels sont tes projets pour le futur ? 

Je suis persuadé que j’aurai une autre vie. Je pense que je peux tout faire et j’ai des rêves. Aujourd'hui ma priorité est de m'occuper et de sécuriser ma famille, néanmoins je sens en moi l'envie grandissante de franchir une nouvelle étape, telle que l'indépendance ou autre afin de pouvoir apporter quelque chose de plus... . 


Chère lectrice, cher lecteur, j’ai voulu partager cette histoire avec vous et j’espère qu’elle va définitivement vous convaincre que tout est possible dans la vie et qu’il suffit juste parfois d’attendre le bon moment.



Nos experts
Marketing / RP
31 abonnés
S'abonner
Ressources humaines
33 abonnés
S'abonner
Soins & Beauté
20 abonnés
S'abonner
Ressources humaines
33 abonnés
S'abonner