Conseils
La cohérence : un mariage du coeur et de l'esprit

La cohérence est un sujet qui me préoccupe au plus au point. Il est d’autant plus important que nous sommes toutes et tous de plus en plus souvent amenés à tenir des rôles, voire à jouer des rôles différents dans nos vies. Il me semble essentiel que ses propres valeurs et le sens que l’on tente de donner à sa vie soient alignés, le plus possible, avec ses choix et ses actes. Il en va de même pour l’entreprise, notamment dans le fait de jouer pleinement son rôle en matière de responsabilité sociétale.

Christian Sinner profile picture Rédigé par Christian Sinner

Comment puis-je vivre en accord avec mes aspirations et mes valeurs ? 

Premièrement, comme les valeurs et le sens se sont fortement dissolus, passant de valeurs portées par des communautés (église, société, morale portée par le groupe, etc.) à des valeurs individuelles, il s’agit régulièrement de s’interroger, soi-même, sur ce à quoi je tiens le plus, ce à quoi je ne dérogerai pas, ce à quoi j’aspire, pour moi, pour les miens, pour mes proches, pour la société à laquelle j’appartiens. En ayant développé une claire conscience de mes idéaux et de mes valeurs, je peux ensuite m’engager à faire ce que je professe dans mon intimité ou en le partageant autour de moi ; il s’agit d’aligner ce que j’ai dans mon cœur, dans mon esprit avec mes actes. 

On peut utiliser le terme de fidélité à soi-même. Que cela soit lorsque j’assume mon rôle de parent ou d’enfant, d’employé ou de cadre, de voisin ou de copropriétaire, d’automobiliste, de piéton ou de cycliste, de citoyen, etc. Toutes ces situations sont autant d’occasions de tenir des rôles. Plus j’ai identifié clairement mes idéaux et plus j’ai décidé de leur rester fidèle, alors plus mon authenticité sera grande. C’est cela la cohérence. Bien entendu, le bon choix de ses idéaux a toute son importance ; on remarque que des criminels, voire des individus à l’ego surdimensionné sont capables d’une grande cohérence, celle-ci se manifestant toutefois aux dépens d’autrui ! 

On voit assez clairement comme il est essentiel de se montrer authentique et cohérent lorsqu’on dépose une candidature et que l’on cherche un emploi, avant de l’être dans son travail au quotidien. Quitte à se montrer capable dans son travail d’affirmer ses désaccords lorsque sa cohérence se trouve ébranlée par des exigences contraires à ses idéaux ou aux valeurs prônées par les chartes des organisations. 

Et qu’en est-il de la cohérence pour l’entreprise ? 

L’économie a pour vocation de réaliser des bénéfices. J’insiste sur ce terme qui est tellement plus positif que le vocable utilisé le plus couramment, celui de profits. Dans le premier, j’y vois le mot « bien », comme dans bienfait, bienveillance, entre autres. Dans le second, j’y vois le verbe « profiter de », avec une notion de « aux dépens de », comme dans profiteur. 

La cohérence, dans une vision d’appartenance à la communauté, voudrait que les entreprises soient attentives à lier plusieurs aspects de leur gouvernance en vue d’assumer leur responsabilité sociétale. Certes elles doivent rémunérer le capital qui leur permet d’assurer et de développer leurs activités. Toutefois, l’entreprise devrait être amenée à respecter les droits de l’homme, la qualité et probité dans les relations et conditions de travail, l’environnement, les questions relatives aux consommateurs et à leur protection, développer la loyauté dans ses pratiques et contribuer au bienfait des communautés qui les abritent et à leur développement local ! 

En cela, je relèverai une contradiction que j’observe, à travers de nombreux témoignages, de vécus et de statistiques. Les seniors sont souvent mis sur la touche ou ont beaucoup de peine à retrouver une situation professionnelle lorsqu’ils se trouvent au chômage. Quelle est la conséquence pour la communauté et les états, outre celles qui touchent les personnes concernées ? Une augmentation des coûts sociaux auxquelles les entreprises souhaitent de moins en moins contribuer en sollicitant de plus en plus d’allègements fiscaux. Il y a dans cet exemple un important gain à faire en matière de cohérence ! 

Trois amis en quête de sagesse : vive la cohérence ! 

En guise de conclusion, je ne résiste pas à citer le psychiatre Christophe André, corédacteur du remarquable ouvrage « Trois amis en quête de sagesse » avec Alexandre Jollien et Matthieu Ricard. « Ces mensonges et faux-semblants, notamment de la part de personnages publics, posent un problème très grave à mes yeux, parce qu’en tant qu’espèce sociale les humains ont un besoin absolu de modèles fiables et crédibles. L’un des outils de transformation personnelle les plus puissants, outre les messages et les valeurs que l’on reçoit au travers d’un enseignement, c’est la valeur de l’exemplarité. […] Il ne s’agit pas de se transformer en Torquemada(1)  de la rectitude personnelle, mais d’établir lucidement la différence entre ce qui est de l’ordre de l’imperfection – sans être une trahison de la parole et de ses engagements publics – et de ce qui relève de la duplicité ou des faux-semblants. » 

(1) Tomas de Torquemada : dominicain espagnol du XVe siècle connu pour son austérité et premier grand inquisiteur de l’Inquisition espagnole

Nos experts
Ressources humaines / Service du personnel
45 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
14 abonnés
S'abonner
Ressources humaines / Service du personnel
56 abonnés
S'abonner
Santé
24 abonnés
S'abonner